Le traité New Start et l’avenir des régimes de sécurité (conférence en ligne IRSD – 22 avril)

Signé à Prague le 8 avril 2010 par les présidents américain et russe et entré en vigueur le 5 février 2011, le traité New START matérialisait la reprise (« reset ») du dialogue stratégique américano-russe après le vide laissé par les deux mandats successifs de George W. Bush en matière de maîtrise des armements. Plus symbolique qu’ambitieux, ce traité avait principalement pour objectif d’opérer une relance de la dynamique des grands régimes de sécurité. Arrivé à expiration le 5 février dernier, il a finalement été prolongé in extremis après une période marquée par de graves tensions et incertitudes entre les parties concernées.

Au-delà de la reconduction du traité New START, c’est l’avenir de l’ensemble des grands accords de réduction et de maîtrise des armements ainsi que des mesures de confiance et de sécurité qui pose aujourd’hui question. Durant ces vingt dernières années, de nombreux accords instituant des régimes de sécurité entre les grandes puissances ont été victimes de la dégradation des relations stratégiques. Il suffit, à cet égard, de songer au traité antimissile balistique (ABM), au traité sur les forces conventionnelles en Europe ou, dernièrement, au sort réservé au traité Ciel ouvert. Élaborés dans le contexte de la guerre froide et dans la période qui suivit la dissolution de l’Union soviétique, ces accords incarnaient une vision coopérative de la sécurité qui, bien que n’excluant pas certaines formes d’arrière-pensée diplomatique et stratégique, avait le mérite d’édifier une « grammaire commune » entre les États.

Des interrogations légitimes entourent désormais l’avenir de ces régimes de sécurité dans un contexte marqué par une nouvelle course aux armements dans le domaine des technologies émergentes (IA, capacités cyber, missiles hypersoniques et hyper-manœuvrants).

Pour débattre de ces enjeux, l’Institut royal supérieur de défense (IRSD) aura le plaisir d’accueillir le Dr Matthew Harries, maître de recherche au sein du programme « Prolifération et politiques nucléaires » du Royal United Services Institute (RUSI), ainsi que Mr Pavel Podvig, maître de recherche sur les armes de destruction massive et autres armements stratégiques au sein de l’Institut des Nations unies pour la recherche sur le désarmement (UNIDIR).

L’inscription, dans la limite des places disponibles,
est obligatoire et doit nous parvenir
au plus tard le lundi 19 avril 2021

Inscription en ligne

Modérateur : Alain De Neve

Langue : anglais

22 avril 2021, 17 h 00 – 18 h 30
> A partir de 16 h 00 : Accueil –
connexion à la conférence en ligne
> 17 h 00 : Conférence, questions et réponses

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s